Que faire pour que les derniers jours des anciens se passent bien ?

Accueil » Santé
Que faire pour que les derniers jours des anciens se passent bien ?

Les séniors méritent une fin de vie de qualité

Si les jeunes sont frileux sur la question de la mort, ce n’est pas le cas pour la plupart des séniors qui souhaitent qu’on en fasse une affaire ordinaire dans la société afin de la braver. En effet, en faire un sujet tabou engendre de la tristesse et de la peur, ce qui fait passer le reste de la vie dans l’angoisse. Les personnes âgées ont généralement besoin d’assistance dans les tâches quotidiennes, car elles ne possèdent plus toutes leurs facultés physiques et mentales. Elles ne peuvent pas vivre pleinement leurs deniers instants, si personne ne se soucie de leur état. Prendre en charge leurs problèmes de santé Les résultats d’un sondage réalisé par l’Insee stipulent que plus des 2 tiers des séniors présentent des problèmes de santé chronique. La plupart des personnes interrogées ont des troubles posturaux relatifs à un déséquilibre ou des douleurs au niveau des os et des articulations. Les maladies cardiovasculaires, urinaires et rénales touchent une fraction importante des personnes âgées. À cela s’ajoutent les cancers et les troubles neurologiques, comme l’Alzheimer et le Parkinson, qui affectent environ 40% des résidents des établissements spécialisés. Ces pathologies peuvent être graves et durables, elles sont généralement liées à l’âge du patient. Il n’existe souvent pas de remèdes pour les éliminer. Toutefois, les soins palliatifs sont des solutions pour soulager leurs conséquences physiques, afin de permettre au malade de vivre une fin de vie agréable. Ce traitement consiste à atténuer les symptômes de la maladie, notamment les douleurs, la nausée, les problèmes respiratoires et l’anxiété. En effet, il s’agit d’une prise en charge psychologique, sociale et spirituelle du malade. Pour trouver des informations complémentaires, n’hésitez pas à vous rendre sur soin-palliatif.org Ce service est offert à domicile et dans des centres de santé par de nombreux établissements spécialisés à cet effet. Lors des interventions, le personnel soignant prodigue des conseils aux proches du patient pour permettre à ce dernier de vivre dans le confort. Repenser nos milieux de vie Des études récentes stipulent que le nombre de personnes âgées de 60 ans pourrait atteindre deux milliards d’ici 2050. Ce changement démographique incite à repenser à la gestion des personnes dépendantes, afin de leur offrir une meilleure qualité de vie. Les séniors qui vivent en institutions sont les plus touchés par les maladies chroniques et évolutives. Il faut donc accorder une importance particulière au recrutement et à la formation du personnel de ces établissements, ainsi qu’à la qualité des prestations offertes. Ceux qui vivent à domicile doivent bénéficier également d’une prise charge optimale. Par ailleurs, il serait intéressant d’améliorer les conditions de travail afin d’éviter les maladies et accidents qui pourraient avoir des conséquences sur le salarié plus tard. Le port de charges lourdes et certaines postures au travail par exemple provoquent des déséquilibres physiques qui auront des impacts sur la santé au moment de la vieillesse. Aujourd’hui, certaines entreprises misent sur des solutions ergonomiques au travail et adoptent des plans de départs en préretraite pour garantir une santé durable à leurs salariés. La société a tendance à voir le côté négatif du vieillissement, notamment la perte d’autonomie, les maladies chroniques, l’isolement social et la pauvreté. Pourtant, on peut aider les personnes du 3e âge à vivre pleinement en les incluant dans les milieux sociaux et culturels, afin de profiter de leurs expériences. La vieillesse n’est pas une fatalité. Une personne âgée à besoin de s’épanouir, de se sentir utile pour la société et de se faire de nouvelles connaissances, quel que soit son handicap. Associer un patient qui souffre de trouble de la mémoire à une activité culturelle permet de stimuler ses capacités intellectuelles. L’implication d’un sénior dans une action sociale ou culturelle lui permet de lutter contre l’isolement et de se mouvoir, de quoi lui garantir une bonne santé et une vie heureuse. Plus il est occupé, moins il pense aux conséquences des pathologies dont il souffre. Aujourd’hui, il y a de nombreuses associations de personnes âgées qui mènent des actions de sociabilité. Assurer leurs accès aux moyens d'information et de communication Certaines études révèlent que toutes les parties du cerveau doivent travailler pour être toujours en bonne santé. Une personne âgée doit s’impliquer dans les activités qui mettent en évidence la logique, les connaissances, le vocabulaire et l’organisation d’idées pour éviter les pertes de mémoire et les troubles neurologiques. L’accès à l’information est indispensable pour garantir le bien-être de toutes les fonctions du cerveau. Les personnes âgées doivent donc écouter la radio, regarder la télé et s’adonner à la lecture. Elles doivent également connaitre l’outil internet, efficace pour acquérir un maximum d’informations. De l’ordinateur aux smartphones en passant par les tablettes, les séniors doivent se familiariser avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui sont devenues indispensables à la société. Ces outils leur permettent non seulement de s’informer, mais aussi de s’épanouir et de communiquer avec leurs proches, pour ne pas se sentir en état d’isolement.

Dans la même catégorie